headerimg

Généralités. 

En apnée, les variations de pression agissent sur les cavités aériennes de notre corps :la caisse du tympan de l'oreille moyenne et les sinus de la face.
Ces cavités aériennes doivent àtre équilibrées, c'est à dire que l'air qu'elles contiennent doit àtre à la màme pression que la pression ambiante à laquelle se trouve le plongeur et cela sous peine de barotraumatisme génant ou grave.
En apnée, la pression de l'eau s'exerce directement sur le tympan. Pour éviter qu'il ne soit lésé, il faut qu'il reçoive sur sa face interne une pression d'air équivalent à la pression de l'eau.
L'équilibrage de ces pressions peut se faire grâce à la trompe d'eustache qui relie l'oreille moyenne aux fosses nasales. Il suffit donc de faire pénétrer dans l'oreille moyenne l'air des voies respiratoires supérieures pour mettre le tympan en équipression.



C'est l'attention que l'on porte à nos tympans qui conditionne notre sortie d'apnée.

La compensation est le facteur limitant dans les apnées profondes, et non pas le temps d'apnée comme on pourrait le croire de premier abord.

Comment équilibrer les tympans ?
Il y a trois manières de concevoir l'équilibrage actif de l'oreille moyenne et sa mise en équipression avec le milieu ambiant :

La manoeuvre de valsalva
La manoeuvre de Frenzel
La Béance Tubaire Volontaire (BTV)

La manoeuvre de Valsalva

La technique consiste à obstruer les narines en les pinçant entre deux doigts et effectuer un effort d'expiration en comprimant ses poumons d'un mouvement sec et bref partant du ventre sans laisser échapper d'air par la bouche ni par le nez. L'ouverture des trompes d'eustache se manifeste par un petit claquement ou un petit sifflement.

C'est la technique la plus facile, accessible à tous, mais aussi la plus traumatisante pour les tympans.


La manoeuvre de Frenzel

Cette méthode plus douce que la précédente consiste à ouvrir les trompes d'eustaches par un mouvement de la glotte (en déglutissant notamment). Cette méthode n'est pas traumatisante pour le tympan car l'équilibre se fait naturellement. Elle est assez difficile à maîtriser, notamment dans les premiers mètres où la variation de pression est importante et rapide. Elle demande par ailleurs de ne pas souffrir de sinusite.

Le nez est pincé, le voile du palais est en position neutre, l'épiglotte est fermée. La langue est utilisée comme un piston. L'air est poussé dans les trompes d'eustache.
La langue agit comme un piston, en poussant la langue du bas vers le haut, le volume entier de la gorge va diminuer. L'air doit aller quelque part... Elle tente d'accéder aux poumons, l'épiglotte est en position fermée. Elle tente d'aller vers l'estomac, mais l'oesophage est fermé. Elle tente de s'échapper par le nez, mais celui-ci est pincé par les doigts. Il ne lui reste plus que les trompes d'Eustache. La pression de l'air forcée dans les trompes d'Eustache est limitée uniquement par la force de la langue. Et la langue est incroyablement forte. La langue peut fournir suffisamment de pression d'air pour conduire à la rupture des tympans !

Pour appliquer la méthode de Frenzel :

Pincez-vous le nez
Remplissez votre bouche avec un peu d'air
Fermez l'épiglotte
Placez votre voile du palais en position neutre
Utilisez votre langue comme un piston, et repousser l'air dans votre gorge
Malheureusement, la plupart des gens ne savent pas comment contrôler leur épiglotte ou leur voile du palais, ou encore ils ne savent pas comment utiliser leur langue comme un piston. Le but de ce document est de décrire une méthode d'apprentissage pas à pas des étapes décrites ci-dessus. A partir du moment où chacune de ces étapes est maîtrisée, le succès est garanti.






Les différentes étapes devant àtre maîtrisées peuvent décomposées comme suit :

Apprendre à remplir la bouche d'air
Apprendre à contrôler l'épiglotte
Apprendre à contrôler le voile du palais
Apprendre à appliquer le "blocage de la langue"
Apprendre à utiliser la langue comme un piston
Apprendre à contrôler l'épiglotte et la voile du palais indépendamment
Tout mettre ensemble
Tester le tout dans l'eau














La béance tubaire volontaire (BTV)


Cette technique consiste tout simplement à prendre conscience des muscles qui permettent d'actionner la trompe d'eustache et d'en commander l'ouverture. C'est la technique la plus difficile à pratiquer, mais la plus confortable. Malheureusement les techniques d'apprentissage n'existent pas (ou sont uniquement comprises par ceux qui savent déjà faire). Que la chance soit avec vous !!! et pour ne pas àtre fataliste :

Entraînement à la Béance Tubulaire Volontaire

Instructions générales
Redresser la tête plutôt que la baisser.
Tenir l'os hyoïde (petit os qui tient la pomme d'Adam) d'une main sans serrer trop fort et se mettre devant une glace afin de voir la pomme d'Adam.
Les exercices sont à faire de préférence le matin au réveil, à jeun ; observer un repos de 5 secondes entre les exercices.
La durée de cette gymnastique est de 1 mois, divisée en 4 périodes d'une semaine.

Exercices de la première semaine :

Faire pendant une semaine, tous les matins à jeun, ces exercices trois fois, lentement, en observant entre chaque exercice un repos de 5 secondes.

A. Exercices avec la langue

Bouche grande ouverte, tirer la langue en avant de façon à toucher, avec la pointe de la langue, votre menton. Puis, toujours bouche grande ouverte, ramener la langue loin en arrière en laissant la pointe de la langue sur le plancher de la bouche. Pousser en arrière et en bas la base de la langue. Contrôler l'abaissement de l'os hyoïde qui doit alors être maximum, ainsi que la pomme d'Adam vue dans le miroir.
Bouche grande ouverte, mettre l'extrémité de la langue derrière les incisives supérieures et, avec la pointe de la langue, racler le palais vers l'arrière en essayant de toucher la luette.
Bouche grande ouverte, l'extrémité de la langue étant appliquée contre les incisives inférieures, sortir au maximum la langue de la bouche, la pointe de la langue restant toujours appliquée contre les incisives inférieures.
B. Exercices avec le voile du palais

Bouche grande ouverte, langue au repos dans la bouche, pratiquer un mouvement de déglutition s'arrêtant au stade de contraction du voile. Contrôler l'abaissement de l'os hyoïde. Cet exercice, le plus important, est réussi lorsque le début de déglutition provoque une nausée.
C. Exercices combinés avec des mouvements de la langue et du voile du palais

Bouche grande ouverte, la pointe de la langue appliquée contre les incisives inférieures, l'arrière de la langue étant poussé en bas et en arrière, pratiquer un mouvement de déglutition incomplet, s'arràtant au stade de contraction du voile. Contrôle de l'efficacité de cet exercice. L'os hyoïde, abaissé par la poussée au bas et en arrière de la base de la langue doit àtre encore plus abaissé par le mouvement de déglutition incomplet arrêté au stade de contraction du voile.

Exercices de la deuxième semaine :
Aux exercices A, B, et C, ajouter :

D. Exercices mandibulo - linguo - véliques

Bouche demi - fermée, mâchoire inférieure projetée en avant, l'extrémité de la langue reposant contre les incisives inférieures, la langue sortie au maximum hors de la bouche, faire un mouvement de déglutition incomplet arrêté au stade de la contraction du voile.
E. Exercices bouche fermée

Bouche fermée, pratiquer les exercices B, C, et D en insistant tout particulièrement sur l'exercice B.
Exercices de la troisième semaine
Pratiquer tous les exercices, mais sur un rythme rapide en insistant particulièrement sur l'exercice B, bouche fermée.

Exercices de la quatrième semaine :
Faire les màmes exercices, mais bouche fermée pour A, B, C et D en augmentant le nombre d'exercices du groupe E, soit bouche fermée :

5 fois les exercices C, D et E
10 fois l'exercice B.

Contrôle de l'efficacité
Pratiquer 2 fois par semaine la manoeuvre de Valsalva (Souffler fortement bouche fermée et nez pincé). Puis effectuer l'exercice B, bouche fermée, et apprécier le nombre de contractions du voile nécessaire pour faire disparaître l'impression de plénitude de l'oreille.

Source : Thibault et apnee.yoga.free.fr 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir